Comment sortir de l'EGO système sain et sauf ?


Bien souvent le problème,

c'est l'histoire que vous vous racontez…
...sans cesse et en boucle.

Je le sais, vous le savez.

 Je vous l’accorde, dans ce monde, il est plus facile de s’inventer des excuses, et des prétextes plutôt que de trouver des moyens pour arriver à nos fins.
 
Enfin, ça, c’est ce que nous croyons.
 
Savez-vous ce qu’on dit ?
Que si nous n’agissons pas, c’est que (finalement) notre objectif n’était pas assez fort. Que nous ne voulons pas vraiment ce que nous désirons. Et c’est OK.
 
Pourquoi la vie nous aiderait ?
C’est vrai, nous sommes les seuls à pouvoir changer les choses

et pourtant, nous ne bougeons pas.
 
Peut-être même que vous dites :

Ce n’est pas pour moi, j’ai peur, je n’ose pas, plus tard, …
Et vous ne faites rien. C’est plus facile.
 
Et le jour d’après vous dites :

je n’ai pas de chance, cela n’arrive qu’aux autres, et autres blablabla.
 
Pourquoi la vie devrait comploter

pour vous apporter ce que vous souhaitez sur un plateau ?
 
Pourquoi elle devrait croire en vous

alors que vous ne croyez pas en elle ?
 
Pourquoi elle devrait croire en vous

alors que vous ne croyez pas en vous même ?
 
Et pourquoi ce message ?
 Parce que je veux que vous vous racontiez la bonne histoire,

pour vivre la bonne vie : la votre !
Cette vie où vous êtes "vous", où vous êtes bien,
Où vous n’avez pas de regrets.
 

Anthony Hopkins a confié sa philosophie :
 
« Ce que les gens disent de moi et pensent de moi, ce n’est pas mon affaire. Je suis ce que je suis et je fais ce que je fais. Je n’attends rien et j’accepte tout. Et cela rend la vie tellement plus facile ».
 
 Voici le replay (valable jusqu'à mardi 23 janvier) du wébinaire sur l'EGO avec Lucie Michaut, experte en communication de www.mindset et match

ICI : Sortir de l'égo system sain et sauf

Vous voulez avoir des astuces régulièrement pour cultiver votre bonheur  ?

Alors rendez-vous avec le bonheur ci-dessous :

Rejoignez mon groupe FB Ensemble, cultivons votre bonheur !

Et sentez vous y comme chez vous ;)

 Votre ego (et la relation que vous avez avec) vous mènera très loin ou nulle part, 

ça, c'est vous qui décidez ! 

 

 

Comment trouver son équilibre entre vie pro et vie perso ?

 


  « Ce qui m’étonne le plus en occident ? Les hommes… parce qu’ils perdent la santé pour gagner de l’argent et après, dépensent cet argent pour récupérer la santé. A penser trop anxieusement au futur, ils en oublient le présent, à tel point qu’ils finissent par ne vivre ni au présent ni au futur. Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu » Dalaï Lama

On constate une baisse de la pénibilité et moins d’heures de présence en entreprise, et pourtant la qualité de vie a baissé dans le travail avec des salariés de plus en plus stressés. 35% des Français jugent même que le travail nuit à leur santé… En plus d’une pression permanente de performance, de compétitivité, de Chiffre d’Affaires, les salariés restent souvent connectés à leur smartphone en dehors des heures de travail.
Le stress et la fatigue engendrés dans la journée professionnelle ressortent bien sûr dans leur relation personnelle avec leur famille, leurs amis… Aujourd’hui, qu’on soit une femme ou un homme, la société demande à chacun de remplir toutes les cases : un bon job, une jolie famille, des tas d’amis et des activités enrichissantes… 63% des femmes (et 56% des hommes) se sentent débordées par ce qu’elles/ils ont à faire à la maison.

L’idéal serait, bien sûr, de trouver un juste milieu entre les deux sa vie professionnelle et sa vie perso, mais où se situe exactement cet équilibre fondamental, celui qui vous épanouira, ce « juste milieu » aussi mythique que l’Eldorado ?

Comment parvenir à jongler intelligemment entre les deux, faire que la vie pro et la vie perso s’enrichissent l’une de l’autre ? Je laisse votre créativité parler : organisation, méthode, innovation, partage, solidarité, tolérance, entraide, courage…

 


Si vous parvenez à bien séparer et maîtriser ces deux sphères de façon harmonieuse et lucide, vous canaliserez aux mieux les crises de vie (divorces, maladies, retraite…). Vous puiserez toutes les ressources nécessaires dans vos loisirs, l’amitié ou l’amour…


?Pour le parent monoparental, il est difficile de ne pas se laisser déborder, de trouver du temps pour soi. S’il gère seul à la fois sa vie professionnelle, familiale et sentimentale, il risque d'égarer en route son équilibre vital, sa bonne humeur naturelle, voire même sa santé… Faire preuve de sagesse et d’humilité en cherchant des ressources extérieures capable de l’aider à surmonter certaines contraintes ou, mieux encore, les éviter, est un premier pas à faire vers plus de joie et de liberté.


?Pour les entrepreneurs, chefs d’entreprise, ou cadres, définir la frontière entre vie pro et vie perso peut devenir une difficulté majeure. A quel moment quitter complètement sa posture d’entrepreneur ? Se fixer un cadre avec des horaires et des vrais moments de repos sur son agenda est indispensable. Lucie, une de mes amies, a une astuce simple et efficace : elle enlève sa montre quand elle se met en mode « off ».


Certaines personnes misent tout sur leur vie professionnelle, jusqu’à mélanger leur identité sociale et personnelle. Elles s’identifient à leur entreprise. Elles sont influencées par leurs fonctions, leurs codes vestimentaires, comportementaux, les valeurs, rituels ou renommée de l’entreprise…
 
Est-ce un chemin pour se réaliser ? Oui, certainement, si leur relation à elle-même est valorisante ! Mais cela peut devenir nocif si elles nourrissent trop le besoin d’exister, d’être reconnues, de se sentir « enfin » quelqu’un via leur cursus ou leur carte / trajectoire professionnelle. Elles ont pourtant mille atouts à mettre en exergue : la richesse de leur personnalité, leurs qualités humaines, leur créativité, leur bonne humeur …
Ces dernières sont souvent perfectionnistes, aiment tester leurs limites, misent sur le dépassement de soi si cher aux grands sportifs. Après une réussite, elles s’attaquent à un nouveau défi sans même prendre le temps de se féliciter, de lâcher prise. On peut toujours mieux faire. Certes ! Mais qu'en restera-t-il le jour où vous n’arriverez plus à suivre le rythme de ce train fou ?
Est-ce cela la vraie vie ?

Devenir des sortes d'androïdes, être réduit à des fonctions…

OMG* ! ???

Votre fonction fait partie de vous mais elle n’est pas vous !

Il est primordial de distinguer son « moi personnel » et son « moi professionnel ». C’est-à-dire distinguer son « moi » de sa « fonction » et de son « rôle ».



Pour dissocier votre vie pro et votre vie perso, je vous propose :

? d’entretenir des relations sociales différentes de celles du travail.
? de quitter votre costume pro dès que vous avez franchi la porte de la société.
? d’être dans le moment présent pour pouvoir vraiment être « Ici et Maintenant » psychologiquement avec votre famille, vos amis.
? d’avoir des moments de relâchement total en faisant un SPA, une balade
?. de réapprendre à cocher du temps sur votre agenda pour vous détendre, vous distraire, partager, aimer !
? de proposer à votre entreprise des solutions efficientes (aménagement horaire, home office).
? d’apprendre à respirer, à vous émerveiller, à vous étonner, à déconnecter…
 
La « Génération Y » a bien intégré l’importance de valoriser la vie personnelle pour cultiver le bonheur et être professionnellement plus efficace !

Et vous, où en êtes-vous ?

Je vous propose cet exercice simple et révélateur pour faire un point.  
De manière intuitive, représentez dans un graphique de type « camembert » la part qu’occupe actuellement chacune de ces 2 sphères dans votre vie (pas juste au niveau du temps mais aussi au niveau de l’émotionnel)


1        Vie Perso (famille, amour, social, loisirs) 
2        Vie Pro


D’abord dans votre vie réelle

 

Puis dans votre vie rêvée

 

 

Que relevez-vous ?

Si vous étiez à la fin de votre carrière, qu’en penseriez-vous ? Si l’une des deux sphères ne vous convient pas, il est toujours temps d’agir…
Si vous avez des doutes, des questions sur votre équilibre pro/perso, appelez-moi, et on trouvera des réponses ensemble !


Pour aller plus loin, cultivez votre bonheur avec la méthode bonheurs.


*OMG ! : Oh my god !

Paru sur CHABADDA, page 34.

Le bonheur au travail à portée de mains !

 

 

Le travail peut-il rendre heureux ?

Nous avons tous en tête ce collègue, fatigué ou plutôt épuisé, se traînant de 9h à 18h entre la salle de réunion, la machine à café et son bureau et passant le plus clair de son temps à se plaindre – versus – notre responsable hiérarchique ne dormant que 4 heures par nuit, heureux parent de 4 enfants, présent au bureau dès 7h du matin et jonglant avec une facilité déconcertante entre meetings, salle de sport, crèche et soirées conférences en étant toujours : content.  Ces profils sont des stéréotypes révélateurs d’une société où nous “devons” être performants dans l’ensemble des facettes de nos vies, en gardant toujours le sourire. L’équilibre et le positivisme passent certainement par le caractère et la capacité de chacun à être positif mais aussi, et surtout, par ce(ux) qui l’entourent, ce qui lui est demandé et les conditions qui lui sont offertes pour évoluer.    

Dans ce second article du dossier consacré à la psychologie au travail, nous allons traiter des notions de bien-être, de bonheur et vous livrer les clefs pour atteindre la quiétude entre votre vie pro et perso, ainsi que des pistes de réflexion côté entreprise, pour optimiser les performances de vos salariés et vous adapter à une nouvelle époque…

Nous avons interviewé une professionnel de l’équilibre entre vie perso et pro, la coach du bonheur Alexandra de Roulhac, basée à Boulogne-Billancourt et exerçant depuis une dizaine d’années tant au niveau individuel, qu’au sein d’entreprises.

Soyez prêt à sortir des sentiers battus, oubliez les idées reçues en terme de bonheur, clarifions la définition de bien-être et montrons en quoi il est essentiel de revoir l’importance du bonheur au travail.

N’effacez pas vos fonctionnements passés, mais soyez prêts à écrire une nouvelle histoire…


Interview Alexandra de Roulhac

Alexandra de Roulhac, notre coach du bonheur exerce depuis 9 ans et a développé son activité auprès des entreprises depuis 4 ans. A 21 ans, elle cherchait du sens à sa vie, elle découvre alors l’Asie dans ses lectures et part seule en Inde puis au Japon pendant 2 ans. C’est au cours de ce  voyage initiatique qu’elle découvre de nouveaux modes de vie, marqués par la spiritualité et la notion de bonheur. Elle comprend que le bonheur est avant toute chose un état intérieur, dénué de toute matérialité, loin des contingences modernes. Cette philosophie a impliqué un réel changement de sa vision du monde et une envie certaine de partager et de mieux comprendre l’autre.

 Son objectif est aujourd’hui de cultiver le bonheur et de le partager en aidant les autres à apprécier ce que l’on a, en cultivant le bonheur et en se suffisant de peu.  Elle partage ses conseils, anecdotes et belles pensées à travers son blog et divers médias (Marie Claire, BFM TV, France Ô, France info, Huffpost, etc).


Bien-être VS Bonheur : Ne mélangeons pas tout

Il est vrai que ces deux notions sont reliées, mais Alexandra De Roulhac nous a expliqué qu’en pratique elles n’étaient en rien similaires :

? Le bien-être consiste à offrir du plaisir à ses salariés (salle de repos, baby-foot, billard, service de massage, etc).
? Le bonheur quant à lui encourage le dialogue, crée du lien et entretien la motivation. La conséquence directe est de cultiver une image de marque de l’entreprise valorisante..

Les services et activités annexes pour participer au bien-être du collaborateur sont très positifs mais doivent être combinés avec un management adapté. Si le but premier est de véhiculer une image positive de l’entreprise, que cette démarche soit un simple concept marketing, ce n’est pas bénéfique car il faut intégrer une démarche altruiste.

Pour illustrer, Alexandra De Roulhac nous disait “le bien-être sans bonheur est comparable à un quelqu’un vous offrant un déjeuner diététique, tout en vous obligeant à manger un pot de nutella à la fin du repas”

A ce moment précis, vous vous demandez pourquoi ces bonnes pensées seraient applicables au monde des entreprises ?



Parce qu’il est important de prendre conscience de l’importance de bonheur au travail avant de mettre en place des actions, Alexandra de Roulhac nous avance des statistiques implacables sur le taux de stress et le mal être en entreprise qui démontrent que celui-ci impacte directement la qualité du travail et nuit autant au salarié qu’aux entreprises :

1 personne sur 3 a déjà vécu un burn-out dans sa carrière, ce qui représente 36% des Français

 

Les salariés souhaiteraient davantage d’autonomie (82%) tandis que le manque de reconnaissance est ce qui pèse le plus lourd (42%), devant les inégalités de salaire (11%)

 

 
Pourquoi la notion de bonheur est-elle alors avancée et devient primordiale, tant pour le collaborateur que pour l’entreprise ?

?81% des femmes déclarent que le bonheur au travail est plus important que le salaire, contre seulement 45% des hommes

A contrario de ces attentes ce sont 85% des managers, directeurs et autres exécutifs qui déclarent donner plus d’importance au salaire qu’au bien-être et au bonheur. Par conséquent et selon une étude Gallup, 91% des salariés Français ne se sentent pas engagés dans leurs entreprises. Gallup a alors mis en place la pyramide des 12 critères du salarié émotionnellement engagé


Comme le souligne Alexandra, nous comprenons à présent aisément que le bonheur au travail est une préoccupation centrale des entreprises, au croisement des questionnements actuels des dirigeants ; sachant que les employés stressés font 10 fois plus d’arrêts maladie, il est grand temps d’adopter une attitude adaptée permettant de générer deux effets essentiels : des salariés plus heureux et donc plus performants et une réputation d’entreprise positive, en interne et sur ses marchés.



Adoptons les bonnes attitudes et comprenons nos besoins

Le Quotient Émotionnel est tout d’abord  important à présenter et à comprendre : l’être humain fonctionne aux émotions, savoir les exprimer et autoriser son entourage amical, familial et professionnel à en faire autant est une force. Elle est néanmoins rarement utilisée dans notre culture patriarcale. Alexandra de Roulhac souligne qu’on nous a longtemps vanté l’importance du quotient intellectuel (QI) pour réussir dans la vie, alors qu’aujourd’hui on sait qu’en réalité, ce qui prime c’est le quotient émotionnel (QE).

Le QE développe en effet la capacité à « percevoir l’émotion, à l’intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre les émotions et à les maîtriser pour favoriser l’épanouissement professionnel ». Ce concept a été développé dans les années 90 par John Mayer et Peter Salovey, deux psychologues américains et comporte cinq parties : la conscience de soi, la gestion de nos émotions, la motivation interne, l’empathie et les aptitudes sociales.

Développer son intelligence émotionnelle dans nos vies professionnelles permet de faire preuve d’empathie, maîtriser ses pulsions, se motiver et motiver une équipe en communiquant plus efficacement. Ces compétences sont essentielles dans le monde du travail.

 
Le coaching du bonheur, quésaco ?

Les objectifs principaux du coaching en bonheur sont de développer ses capacités individuelles de:

? partage
 ? positivisme
 ? ouverture aux autres
 ? connaissance de soi
 ? communication
 ? empathie

C’est en ce sens qu’Alexandra de Roulhac exerce auprès des entreprises, à travers des ateliers au sein même de celles-ci ou lors de conférences. Il ne s’agit pas de cours mais de moments constitués de 30% théorique permettant d’expliquer les concepts, de souligner des statistiques montrant l’importance de la démarche et de la prise de conscience, suivi de 70% de pratique sous forme de jeux de rôle, de séance de brainstorming autour de questions ouvertes ou de conseils tels que “Comment arriver à mieux communiquer lors d’un conflit ?”.

Elle propose des ateliers centrés sur le bonheur au travail ou sur le management altruiste, à travers trois méthodes :

?   La psychologie cognitive (l’étude du comportement)

? La communication non violente

? La résolution des problèmes

Elle adapte bien évidemment son offre en fonction des profils, et les participants peuvent tant être des groupes toutes hiérarchies mélangées, cadres féminins, managers, etc. Pour exemple, lors d’un atelier constitué exclusivement de dirigeants, Alexandra de Roulhac les invite à prendre soin de leurs besoins, renforcer leur confiance en soi, mieux gérer leurs émotions pour mieux communiquer, prendre de nouvelles habitudes de pensées, installer de bonnes relations avec leurs salariés, apprivoiser le stress, relativiser, changer leur regard sur les autres, voir des opportunités là où d’autres verraient des échecs, etc. Ce sont divers points de départ pour améliorer leurs performances et celles de leurs équipes.


Alexandra de Roulhac souligne que l’engagement doit passer par les managers, c’est eux qui ont cette capacité à augmenter le taux de bonheur en entreprise. Nous vous donnons donc rendez-vous en fin de semaine pour la suite de l’article vous présentant LE management efficace et les activités à proposer à vos collaborateurs, les enjeux et problématiques liées aux nouvelles générations de collaborateurs, les nouveaux environnements et moyens de travail, des tips et exercices pour réussir à “décrocher”. Et en prime, nous vous présenterons le pays bon élève et une seconde interview… Devinerez-vous quel est ce pays ?

Le mal être en entreprise est la cause d’une baisse de productivité dommageable comme le soulignent les conclusions de l’étude 2017 de l’IBET : cette étude chiffre à 12600 euros par an et par salarié le coût moyen de ce mal être au travail: absentéisme, baisse d’engagement, etc. Nous avons donc tout intérêt à réfléchir à la prévention du burn-out, au bien être des salariés et à comment intégrer le bonheur en adaptant notre management.

Et si le bonheur au travail était la clef de votre réussite ?

Les propos ici développés appartiennent à notre coach Alexandra de Roulhac, les objectifs cités dans les ateliers en question sont donc en rapport avec sa vision du bonheur au travail et peuvent différer en fonction du professionnel engagé.

Précision : cet article n’a pas été sollicité par la professionnelle citée.

Vous pouvez retrouver cette article sur Bleisure.fr

Ma méthode

Et si le bonheur était à portée de main ? PM

Oui, il en faut peu pour être heureux !

Pas toujours simple avec les conditions de vie moderne.

Pourquoi un coaching du bonheur ?

Selon une étude réalisé par l’association WIN fin 2017, 50% des Français se considèrent heureux.
Mon défi : faire monter le taux d’optimisme des Français en cultivant leur bonheur !

B.O.N.H.E.U.R.S

A travers les lettres du mot B.O.N.H.E.U.R.S (parce qu’il y a plusieurs formes de bonheur), on retrouve quelques uns des grands sujets que j’aborde en coaching.

BBIEN DANS SA PEAU : trouver un équilibre entre sa façon de penser et ses actes, poser un nouveau regard sur soi, modifier ses croyances limitante.

OOBJECTIFS : atteindre des objectifs clairement définis dans le cadre du coaching pour se sentir rassuré, atteindre une plénitude et se libérer l’esprit.

NSAVOIR DIRE NON : renforcer ses limites, savoir dire NON en toute bienveillance pour se dire OUI à soi-même, entretenir des relations saines avec les autres.

HHAPPINESS : cultiver la bonne humeur, connaitre ses besoins, être responsable de son bonheur.

EEMOTIONS : les accepter et revenir rapidement à des émotions positives, cultiver la gratitude.

UUNIVERSEL : Cultiver l'amour universel.

RREGARD DE L'AUTRE : s’en détacher pour ne pas en dépendre, cultiver la confiance en soi, devenir moins perfectionniste.

SSENS : donner un sens à sa vie, se réaliser !

Une fois les objectifs bien déterminés, je travaille sur des thèmes personnalisés et je vous propose entre chaque séance des thèmes de réflexion et des défis précis, mesurables et atteignables.

Ma devise : « 10 grammes d’action vaut mieux que 1000 grammes de réflexion ! ».

Grâce à un travail en binôme en un temps record, vous modifiez votre regard sur vous-même et percevez la vie sous l’angle du bonheur.

Méthode en quatre étapes

1. TRAVAIL D’INTROSPECTION :

Comment avoir une vision à 360° de votre vie aujourd’hui ? (Questions inspirées du "coaching orienté solution").

2. OBJECTIFS A DEFINIR :

Qu’est-ce que vous ne voulez plus ? Qu’est-ce que vous aimeriez changer ?

3. CHANGEMENT DE PERCEPTION sur vous-même et sur la vie :

Comment se réconcilier avec son passé pour apprécier le moment présent ? (à l’aide de techniques basées sur la psychologie positive).

4. PROJECTION vers le futur : Comment faire pour perdurer le changement dans votre vie (bilan de fin, mise en place de nouvelles habitudes, plan d’action…).

Tournez-vous vers l’avenir avec le sourire !

Une méthode inspirée de la maÏeutique

A la fin du programme, vous avez suffisamment de clés et d’assurance pour voler de vos propres ailes dans votre vie personnelle et professionnelle.

Une méthode inspirée de la maÏeutique

La maieutique ou "accouchement" est la méthode qu’utilisait Socrate pour permettre à ses élèves de découvrir par eux-mêmes les vérités fondamentales de la vie et du rapport à l’autre. Par un jeu de questions/réponses, vous allez percevoir ce que vous désirez vraiment.
Vous vous êtes trop souvent heurté/es à des obstacles hérités de votre environnement ou de votre passé. Vous avez tissé chaque fil d'un bandeau qui obstrue votre vision. Imaginez le jeu de colin-maillard où l'on vous fait tourner les yeux bandés jusqu’à ce que vous soyez complètement désorienté(e). Ensemble, nous pourrons dénouer progressivement ce bandeau et orienter votre vie sous le bonheur.

Etre à la fois solide et flexible, entre le roseau et le chêne

Le coaching du bonheur vous permet de retrouver votre véritable nature et l’essence de vos désirs profonds, ainsi vous vous projetez vers une vie plus en accord avec vos aspirations.

Cette approche s’appuie sur une philosophie de vie acquise lors de mon long séjour en Asie, mais aussi sur des interventions orientées solutions et la psychologie positive.

Mon expertise, mon empathie, mon sens pragmatique, mon écoute active et une bonne dose d'optimisme me permettent d'obtenir des résultats concrets, mesurables et durables.

Je propose une approche simple visant à gommer les croyances limitantes qui empêchent d’avancer sur la voie du bonheur.

ET OUI ! Nous avons tous des talents cachés mais gâchés par des croyances « limitantes » qui nous empêchent d’être heureux.

Qu'est-ce qu'une croyance en coaching ?

C’est le fait de tenir pour vraie une image de soi, une vision de la vie ou une idée reçue qui parfois n’ont aucun rapport avec la réalité.

Enfant, tant que vous croyez au Père Noël, il existe, quand vous n’y croyez plus, il disparaît de votre vie. Vous faites exister ce que vous croyez.

En conséquence, un mensonge imposé acquiert à la longue des allures de vérité.

Nous avons tous des croyances « salutaires », qui nous stimulent, et des croyances « limitantes », qui nous inhibent. Malheureusement, les effets de ces dernières sont bien réels, néfastes et même parfois dévastateurs. Elles deviennent des références inconscientes aux actes et aux pensées quotidiennes. A force d’entendre : « tu n’es pas capable de… », « que va-t-on faire de toi ? », « tu as encore grossi » ou des généralités telles que « dans la vie, on ne peut pas tout avoir » etc, votre subconscient les enregistre et vous conditionne. Les publicitaires le savent bien, et leurs campagnes de pub misent sur la répétition. Innocemment vous achetez les produits car votre subconscient a enregistré le message.

L’un des buts du coaching est bien sûr de remplacer les croyances « limitantes » par de belles croyances « salutaires ».

Au travers d’entretiens, de jeux de rôles, et d’exercices à mettre en œuvre dans votre vie quotidienne, je vous aiderai à prendre conscience de votre véritable identité.

Voici un extrait de mon passage à Radio Marseillette, cliquez ici : comment vous débarrasser de vos croyances limitantes ?

Ensemble, cultivons votre bonheur,

Abonnez-vous à notre Newsletter !